Ces moments où le temps s’arrête : le banc

Publié le par dans la rubrique Essais libres, Nos actualités.

Share Button

Il y a des moments si agréables dans la vie, et parfois si anodins. Des moments en dehors du temps, des moments où l’on se sent bien. Des moments où plus rien ne nous entoure. Des moments  en dehors de tout. L’équipe de vingt4mai a vécu un de ces moments. C’était le soir du 27 août, à Paris. Le temps s’est arrêté, là, sur un banc, non loin du Palais de Tokyo.

La soirée de rentrée organisée par France Télévisions au Palais de Tokyo touche à sa fin.  Nous quittons les lieux sourires aux lèvres et la tête pleines de bons moments et de belles images. Nous sommes ravis de cette sortie qui nous a permis de croiser et de discuter avec quelques personnalités de la télé.

Le paradis…

Il n’est pas loin de 22h30, la nuit est douce. Les quelques heures passées debout nous mènent tout droit à opter pour une pause bien méritée. Juste à côté de l’entrée du Musée d’Art Moderne de Paris, un banc. LE banc où nous décidons de nous poser. Que l’on est bien enfin assis ! Nous entamons alors une discussion, riche, intéressante, profonde… et surtout sincère. Quel plaisir d’échanger ainsi avec ma lumineuse comparse, si heureuse de cette sortie. Si surprise d’elle-même de s’être sentie « à sa place », confiante et pleine d’aplomb, ce soir là. Sourires, regards… ce banc est-il là par hasard ? Pourtant tout de bois et peint en vert, il n’a rien d’exceptionnel.  C’est un banc tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Mais qu’est-ce qu’on y est bien ! Peut-être est-ce juste cette simplicité, aussi, qui nous plaît et nous emporte. Aurait-on pu imaginer être en de si bonnes conditions sur quelques planches de bois en pleine rue ? Discussions, émotions et tout le reste s’efface. Le temps s’est arrêté. Déconnectés de la réalité, on en oublie même que l’on doit prendre le RER pour rentrer. Nous levons donc le camp en direction de la station « Pont de l’Alma ».

… et puis l’enfer !

Pont de l’Alma. Oup’s, pas de billet pour notre trajet retour. Nous décidons quand même de franchir le tourniquet. Mais arrivés sur le quai, Horreur ! Le panneau d’affichage annonce le dernier train à 23h49… mais pas pour notre destination ! En dessous de l’horaire indiqué, ces quelques lignes : « Des travaux sur la ligne C interrompent le trafic de nuit du 19 août au 30 septembre ». La fin de notre soirée, qui avait si bien commencé, s’augure stressante et aventureuse. Comment allons nous rentrer ? Le taxi ? Non, hors de prix en pleine nuit. La gare Montparnasse ? Ok, avec beaucoup de chance on arrivera avant le départ du dernier train. Vite, une bouche de métro ! C’est celle de la ligne 9. Son terminus Pont de Sèvres me rappelle que le bus 171 en part pour rejoindre Versailles. Lueur d’espoir dans cette nuit noire. Mais, il est minuit. Le dernier bus est dans 30 minutes. Quinze stations de métros nous séparent du terminus. Après une courte valse d’hésitation, nous tentons le coup. Et nous faisons bien. Arrivés à Pont de Sèvres à 00h20, nous attrapons sans problème le bus espéré. Nous sommes sauvés !


Laisser un commentaire