New york – La resa des sièges… en ligne

Publié le par dans la rubrique Loisirs, New York, Nos actualités.

Share Button

Ca y est, c’est l’été  et avec lui démarre la haute saison touristique. Les prix des billets d’avion en profitent pour flamber. La destination pour #NewYork n’est pas en reste ! Une des raisons pour laquelle l’équipe de Vingt4mai a d’ailleurs préféré partir au mois de mai. Non sans mal du reste. Jugez-en plutôt avec ce Come Back sur une réservation de sièges sur internet vraiment pas ordinaire.

Non mais vous pouvez le croire ! Depuis le jour où ma décision a été prise de partir à New York City avec mon acolyte, je suis en stress. Aucune raison me direz vous. Lisez plutôt l’article sur « la résa des billets » et sur « la sangle orange et jaune ». Ce stress qui aurait pu s’arrêter là, s’est répandu telle une traînée de poudre. Est donc venu le moment de s’occuper de la réservation des sièges. A quel moment doit elle se faire ? Rapide connexion au site de la compagnie. « 24h avant le départ » qu’ils disent sur le site. Mais nous, nous préférons attendre le jour J pour s’en acquitter à l’aéroport, à l’une des bornes prévues à cet effet. Nous comptons pour cela sur l’aide d’une hôtesse, histoire d’être sûr d’être placés côte à côte. Curieuse, je continue de surfer sur le site de la compagnie. Là, j’accède au plan de l’avion. Ma gorge se serre. Les numéros des sièges sont visibles. Difficilement, je déglutie. La légende indique que l’avion est quasi plein. Et là, grosse suée. Je contacte mon acolyte et lui fait part de mon inquiétude. OK, réservons en ligne avant qu’il ne soit trop tard. Mais impossible d’effectuer la resa des sièges. Un violent doute m’envahit. Ne devions nous pas réserver nos sièges après avoir eu la confirmation par retour de mail de la resa des billets ? Une affreuse pensée m’assaille. « Oh mon dieu ! On ne pourra pas partir ! Ils ont du considérer que nous avions changé d’avis étant donné que nous n’avions pas confirmé ! ». Je me passe une main nerveuse dans les cheveux. Pour que j’accepte de me décoiffer, surtout quand on me connaît, on se dit indubitablement que l’heure est grave. « Non, non, c’est pas possible le site mentionne une resa des sièges 24h avant la date de départ ! » Après plusieurs tentatives infructueuses, on décide finalement de réitérer le lendemain à la première heure. Comme si j’allais pouvoir dormir !

Les heures défilent. Enfin, 8h arrive. C’est le cœur battant que je me lance dans cette matinale tentative… Sans succès. Maintenant, c’est au tour de mon acolyte d’entrer dans un stress plus ou moins contrôlé. On tente alors de se rassurer l’un l’autre. Mais rien n’y fait, notre esprit est plus fort que nous. On n’a jamais eu autant d’imagination, autant de plans échafaudés en un si court laps de temps. C’est décidé, on téléphone au numéro mis à notre disposition sur le site. Celui du bureau basé en France ne répond pas. Et pour cause, il est fermé le samedi ! J’ai peur ! Seule alternative, le numéro débutant avec l’indicatif des Etats-Unis. Premier contact avec l’autochtone. Première sonnerie… seconde sonnerie… Hi !  (se prononce “aille”).. Pas d’hésitation. J’entame le dialogue avec mon interlocuteur. Mon nom ? Mon numéro de dossier ? Le numéro de mon vol…. Et là, une dizaine de secondes plus tard, qui me paraissent une éternité, il me confirme ma réservation. Ouf ! Et maintenant ? Il me propose, pour me rassurer, de procéder à la réservation des sièges. La frayeur qui ne me lâchait plus depuis la veille se dissipe. Le pourpre de mes joues s’estompe…  Je raccroche.


Laisser un commentaire